Du lard ou de l’art?

« Charcuterie ». La devanture est claire. Persuadée d’apercevoir un charcutier bien en chair, moustachu, hache à la main, portant les marques pourpres des abats sur son tablier, ma stupéfaction est totale quand je commence à me faufiler entre les étales… de vinyles.

M’aurait-on menti? Je tourne le dos au gérant quelques instants, attrape mon smartphone et interroge mon guide spirituel Google.

Rapidement je tape l’adresse « 44 rue Camille Sauvageau ». Résultat « La charcuterie ». Sacrilège! Mon Gandhi 2.0 serait-il faillible ? Pour éviter de me charcuter l’esprit, je questionne le gérant assis derrière son écran. La boutique est surnommée la charcuterie par ses adeptes. Pourtant, il ne s’agit pas d’abats mais plutôt d’ABBA à vendre!

La boutique est là depuis dix ans mais Luc, le gérant, s’est amusé du nom inscrit sur la devanture quand il a installé sa boutique et l’a conservée. Heureusement que cette boutade lui plaisait puisque la façade est classée pour son aspect artistique : interdiction d’y toucher!

Crédit photo : Charlotte Rabatel
Crédit photo : Charlotte Rabatel

On aperçoit en passant ce damier aux couleurs pourpres et marrons, cassé par une frise au motifs jaunes et oranges, remarquable dès qu’un rayon de soleil vient l’éclairer.

A l'intérieur de La Charcuterie
Crédit photo : Charlotte Rabatel

D’une manière plus ou moins discrète, l’esprit carnivore s‘associe à l’univers musical à l’intérieur de la boutique. Un panneau indique l’andouille à 14€30 le kilo et le jambon cuit à 14€ le kilo tandis qu’un écriteau lui reprend les prix divers des vinyles et équipement.

Luc est disquaire et répare ou vend toutes sortes d’objets : tourne disque, appareils photos, téléviseurs obsolètes… Un bric à brac d’antan et contemporain qui pousse à fouiller chaque bac par curiosité. Le genre d’endroit qui prend les amateurs de musique… aux tripes.

 

 

 

 

L’arrière boutique, autrefois réservée à la salaison de la viande, sert de stock pour les amplis, les enceintes ou le gros matériel à vendre.

L’avant de la boutique elle est dédiée au bureau du gérant et à la multitude de vinyles à vendre. Recouverte d’un carrelage qui lui, n’est pas du tout contemporain : motifs triangulaires aux couleurs de la devanture. C’est CE carrelage qui a vu tous les étals de cochonnailles d’autrefois.

Avant boutique

Un mélange d’art et d’humour, c’est le pied. De porc.

 

Charlotte Rabatel

La Charcuterie
44 Rue Camille Sauvageau
33800 Bordeaux
05 56 91 85 36

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s